Un réseau en action

RESAOLAB s’efforce de mettre en œuvre des plans d’action destinés à renforcer les compétences des personnels de laboratoire, la qualité des analyses et la surveillance des maladies infectieuses. Forts de l’appui initial des acteurs nationaux et régionaux, les ministères de la Santé s’emparent progressivement de tous les aspects du projet.

Nos programmes prennent en compte l’ensemble des facteurs qui affectent la gouvernance et les performances des laboratoires : de la formation au contrôle qualité, en passant par la gouvernance et la création de réseaux.

Nos champs d’action

Projet RESAOLAB

RESAOLAB encourage une nouvelle forme de coopération inter-pays.

Formation

Dispenser une formation initiale et continue aux personnels de laboratoire.

En savoir plus

Qualité

Renforcer les services de laboratoire grâce à la mise en place d’un système de qualité standardisé.

En savoir plus

Gouvernance

Améliorer la gouvernance des systèmes de laboratoire en contribuant à la définition de politiques régionales et nationales.

En savoir plus

Surveillance

Mettre en place un système informatisé de gestion de laboratoire dédié à la surveillance des maladies infectieuses.

En savoir plus

Réseaux

Partager des expertises et des ressources grâce à des réseaux de laboratoires à l’échelle nationale et régionale.

En savoir plus

Réalisations depuis la création de RESAOLAB en 2009

700+

laboratoires publics et privés

bénéficient de la supervision du réseau

20

centres de formation continue

créés à ce jour.

4

directions des laboratoires

construites et équipées.

250+

formations

accueillant plus de 20 participants par session.

14

modules de formation

visant à développer les compétences.

100+

laboratoires

participent à un nouveau programme d’évaluation externe de la qualité.

Étude de cas

Principalement via RESAOLAB, la Fondation Mérieux a joué un rôle crucial lors de l’épidémie d’Ebola de 2014-2015 :

  • Elle a dispensé des formations sur la biosécurité à plus de 500 professionnels de la santé, distribué des équipements de biosécurité et facilité la collaboration transfrontalière entre les directions nationales des laboratoires.
  • Elle a équipé son centre des maladies infectieuses Charles Mérieux au Mali d’un laboratoire mobile à déployer lors d’épidémies isolées, qui figure désormais au programme des formations des pays du G5 Sahel.
  • Elle a établi des protocoles dédiés au transport sécurisé d’échantillons à l’international et a organisé des acheminements vers son laboratoire P4 Jean Mérieux-Inserm à Lyon pour les pays qui n’avaient pas la possibilité de réaliser des tests de diagnostics d’Ebola localement. C’est le laboratoire P4 Jean Mérieux-Inserm qui a isolé pour la première fois le virus Ebola responsable de l’épidémie de 2014-2015.
  • Elle a fourni des ambulances et des motos tout-terrain pour le transport de patients et d’échantillons au Liberia, en Sierra Leone, en Guinée et au Mali en partenariat avec le département d’État des États-Unis.