Impact régional

Notre programme est le premier à avoir adopté une approche de dimension régionale en vue de relever les défis auxquels les laboratoires de biologie clinique sont confrontés en Afrique de l’Ouest. À l’origine constitué de trois pays, notre réseau concerne aujourd’hui 15 pays de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CÉDÉAO).

Depuis la création du réseau, notre objectif est resté le même : réunir les pays de l’Afrique de l’Ouest afin de renforcer la qualité des diagnostics cliniques, étape indispensable afin d’améliorer la santé publique et de surveiller les épidémies dans cette région.

Phase I de RESAOLAB : 2009-2013

Le projet RESAOLAB a été initié par la Fondation Mérieux en 2009 avec le soutien de l’Agence Française de Développement et à la demande des ministères de la Santé du Burkina Faso, du Mali et du Sénégal. Quatre autres pays d’Afrique de l’Ouest ont rejoint le réseau en 2013.

Depuis 2009, RESAOLAB a ouvert la voie à l’élaboration de programmes de formation, à la construction et l’équipement de centres de formation et de laboratoires, à la mise en œuvre de programmes de contrôle de qualité et au développement d’outils de surveillance épidémiologique. Nos avancées ont contribué à renforcer les capacités de diagnostic clinique en Afrique de l’Ouest et à en améliorer la qualité.

Nous remercions nos nombreux partenaires pour leur soutien technique et financier qui s’est révélé essentiel dans le cadre de la mise en œuvre de ce projet.

Phase II de RESAOLAB : 2013-2017

Au cours de la Phase II, RESAOLAB a soutenu des initiatives qui ont permis d’observer des progrès durables dans différentes régions. Depuis 2015, le réseau a invité des représentants des 15 pays de la CÉDÉAO à participer à ses ateliers et réunions annuelles en vue d’élaborer des stratégies communes et d’apporter des réponses aux principaux défis de cette région.

Autres partenaires durant la Phase II : AFD, Banque Islamique de Développement, Direction de la Coopération Internationale de Monaco, Fondation Stavros Niarchos.

Entre 2013 et 2017 :

  • 3 directions des laboratoires ont été créées.
  • 7 plans de qualité ont été mis en œuvre.
  • 1 000 laboratoires ont été supervisés.
  • 130 bourses ont été octroyées.
  • 13 modules d’e-learning ont été élaborés.

En outre, le système informatisé de gestion de laboratoire (SIGL) LabBook a été déployé dans 7 pays et 63 personnes ont été formées à son utilisation.

RESAOLAB a par ailleurs soutenu d’autres mesures, parmi lesquelles l’établissement d’une cartographie des laboratoires, la mise en œuvre de plans et politiques stratégiques et l’élaboration de méthodes plus efficaces de référencement des échantillons.

Les progrès réalisés lors de la Phase II auront des retombées à long terme.

RESAOLAB aujourd’hui : 15 pays soudés

Depuis 2018, le programme est supervisé par l’équipe internationale de la Fondation Mérieux. Les points focaux désignés par les ministères de la Santé (un par pays) sont responsables de la mise en œuvre des initiatives de RESAOLAB à l’échelle nationale, en collaboration avec les équipes et chefs de projets nommés, le cas échéant.

La Fondation Mérieux œuvre aux côtés des ministères de la Santé afin de promouvoir une politique biomédicale commune et harmonisée en étroite collaboration avec l’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS). Elle s’efforce d’établir des ressources au niveau local afin de répondre aux défis sanitaires émergents mondiaux tels que la résistance aux antimicrobiens, en créant par exemple un observatoire de la résistance en Afrique de l’Ouest.

Pour les laboratoires, notre réseau élargi facilite l’application des recommandations internationales, régionales et nationales, y compris celles de l’OMS (notamment le Règlement sanitaire international), des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (notamment le Global Health Security Agenda, un programme d’action pour la sécurité sanitaire mondiale), ainsi que de l’OOAS et des ministères de la Santé de chaque pays.